LE PRESIDENT QUI A MONTRÉ COMMENT SAUVER DES VIES

On a salué l’homme d’Etat et le fin politique. On a évoqué son amour de la France et son empathie pour les plus humbles. On a rappelé son engagement contre le réchauffement climatique, sa volonté de donner au pays les moyens de combattre le cancer, son attention constante pour les handicapés. Curieusement, dans leur hommage à Jacques Chirac, les médias ont peu parlé de la lutte contre « la barbarie routière ».

Ce fut pourtant un combat exceptionnel. Pour la première fois, un chef de l’Etat français s’est dit « horrifié » par le nombre de victimes de la route. Pour la première fois, un président s’est engagé, sans fléchir, pour une cause pourtant peu rentable électoralement. Et une avalanche de mesures, mobilisant tout l’appareil d’Etat, a immédiatement concrétisé cet engagement : radars automatiques, renforcement de la répression et des sanctions pénales contre les conducteurs en infraction.

Par son volontarisme proclamé, la cohérence et la détermination de son action, Jacques Chirac a non seulement sauvé des milliers de vies. Il a surtout démontré que la violence routière n’est pas une fatalité, qu’il est possible de venir à bout des conduites à risques et du terrorisme du volant.

Pour tout cela, merci.

OwnerCommentaire