Le préjudice de vie abrégé

Le Tribunal de Grande Instance de CHARTRES a alloué aux ayant droitd’une femme percuté sur un passage piéton et décédée dix jours après l’accident une somme de 25.000 Euros en réparation du pretium doloris subi par la victime.

Le Tribunal rappelle qu’il est acquis qu’un patient dans le coma, même s’il ne donne pas de signes de conscience, présente des réponses physiologiques à la douleur.

Le Tribunal ajoutant que si le plus souvent la souffrance ne s’exprime pas, il n’en reste pas moins que la douleur existe et qu’elle constitue un préjudice indemnisable au titre du pretium doloris.

Le Tribunal consacre ainsi ce poste de préjudice très souvent décrié par les assureurs.