Elodie MONTEIRO : des peines allant jusqu’à 7 ans de prison ferme requises

Le procès des chauffards qui ont mortellement percuté Elodie Monteiro à Paris dans la nuit du 14 au 15 janvier 2010 s’est déroulé le 16 février 2011 devant le Tribunal Correctionnel de PARIS, en présence du Cabinet Collard et associés représentant les intérêts des proches d’Elodie. Elodie, une jeune fille de 23 ans, avait été percutée alors qu’elle rentrait de son travail, par un véhicule à bord duquel se trouvaient 3 jeunes hommes qui, sous l’emprise de la drogue et de l’alcool, s’amusaient à rouler à pleine vitesse et à griller des feux rouges.

Outre l’accident en lui-même, c’est le comportement odieux des 3 jeunes après l’accident qui a longuement été débattu lors de cette audience.

Devant de nombreux témoins, les responsables de cette tragédie ont insulté les passants qui tentaient de venir en aide à la victime, ont ri, avant de prendre finalement la fuite.

Interpellés dans la nuit, l’enquête démontrera qu’ils avaient tous trois consommé drogue et alcool.

Au terme d’une audience de plus de 6 heures, durant laquelle les prévenus sont restés mutiques et fuyants, des peines allant jusqu'à 7 ans de prison ont été requises.

Le jugement est attendu pour le 16 mars.

Si les réquisitions qui ont été prises dans ce dossier sont encourageantes, notre cabinet tient néanmoins à rappeler que c'est grace à notre implication et notre mobilisation aux cotés de la famille d'Elodie que les passagers du véhicule ont été mis en examen, le juge d'instruction en charge du dossier ne l'ayant pas fait spontanément .

Il est indispensable que la bataille contre l'insécurité routière continue.

En effet, malgré le combat que mènent sans relache les associations de victimes, aux côtés desquelles le cabinet Collard et associés se bat au quotidien, la justice française traite encore trop souvent la délinquance routière comme une délinquance mineure et néglige les victimes de la route.

L'effet en terme de prévention est désastreux ainsi qu'en témoignent les mauvais chiffres de la sécurité routière.